12 Avril 2021 | Conseil du bien dormir

Méditer pour mieux dormir ?

Retour à l'actualité

Ces dernières années, la méditation s’est imposée comme une technique incontournable pour qui veut (re)trouver la paix de l’esprit. De là à affirmer qu’elle peut nous ouvrir les portes du monde de Morphée, il n’y a qu’un pas. Faut-il le franchir ?

 

Tous les méditants, quel que soit le courant qu’ils suivent, du zen à la méditation transcendantale, vous le diront : pratiquer en espérant obtenir un résultat — passer des nuits moins blanches, par exemple — est la meilleure façon… de ne jamais atteindre votre but. Mais alors, à quoi cela peut-il bien servir de méditer ?  

A vrai dire, dans cet exercice, on ne vise pas grand-chose. Il s’agit juste d’être totalement là, dans l’instant présent. Et cette tâche est suffisamment ardue pour que l’on s’y consacre entièrement, sans aucun but accessoire.

En effet, lorsqu’on libère son esprit de toutes les contraintes et autres « Listes de Choses Urgentes à Faire » qui l’accaparent au quotidien, celui-ci, au lieu de demeurer bien lisse comme un lac de montagne par une belle journée sans vent, s’agite. Des pensées nous assaillent, que l’on s’efforce de repousser, mais hélas, les voilà qui reviennent encore plus grosses…  

 
Méditation-bien-dormir


Que se passe-t-il ? Qu’est-il en train de faire faux ? Tout ceci est absolument normal, nous rassure Guénaël Boucher, formateur en méditation transcendantale à Epalinges, dans les hauts de Lausanne.

« Quand on commence à méditer, tout plein de pensées jaillissent », souligne-t-il. « On a tendance à vouloir les combattre ou à se dire qu’on fait faux, car on se figure souvent que méditer, c’est entrer dans un état où l’on n’aurait plus aucune pensée. C’est faux, c’est même tout l’inverse : on devrait se réjouir d’en avoir, car cela signifie que notre esprit est en train d’éliminer des stress », conclut-il.

Inutile donc de se battre contre tout ce qui le traverse… Chaque type de méditation a son approche sur la question : la pleine conscience préconise de ne pas se laisser embarquer par ces pensées et de les regarder passer comme une vache regarde passer un train. Et dans le zen, lorsque le mental s’agite, on revient simplement au souffle et on se concentre sur sa posture — celle du Bouddha dans la statuaire, le fameux lotus.

Méditation-bien-dormir

Voilà qui nous ramène aux sources de cette pratique, intimement liée à la spiritualité dans son Orient d’origine. En Inde, dans les soutras de Patanjali, texte fondateur du yoga, autre discipline très en vogue en ce moment sous nos latitudes, la méditation est citée comme la septième et dernière étape menant à l’éveil. Ce n’est que dans les années 1970 que la pratique débarque en Occident, dans les valises d’un médecin new-yorkais, le Dr Jon Kabat-Zinn. Passant cette pratique spirituelle à la moulinette de la science occidentale, il l’a rendue laïque et l’a transformée en un puissant outil permettant de diminuer le stress : la MBSR (pour Mindfulness Based Stressed Medecine, en français, « réduction du stress basé sur la pleine conscience »). 

Aujourd’hui, on ne compte plus les études validant ses effets positifs sur notre esprit. Ce que tous les méditants assidus confirment : s’ils ont un jour décidé de passer dix,vingt ou soixante minutes assis face à eux-mêmes au quotidien, c’est parce que cela les rend enfin capables de « tirer la prise », de faire un pas hors du cercle infernal des pensées qui tournent dans leur tête et de trouver le repos. Depuis les Beatles, initiés à la méthode transcendantale en pleine période du « flower power », on ne compte plus les célébrités qui méditent, du tennis­man Novak Djokovic en passant par le cinéaste David Lynch. Le monde des affaires n’est pas épargné non plus : Walter Isaacson, biographe de Steve Jobs, défunt patron d’Apple, rappelle que le fondateur de la marque à la pomme pratiquait le zen.

« Si vous vous asseyez dans une attitude d’observation, vous allez remarquer combien votre esprit est bavard. Et si vous essayez de le calmer, cela ne fait d’abord qu’empirer les choses, mais avec le temps vous finissez par y parvenir (…) — c’est le moment où votre intuition commence à s’épanouir. Vous voyez les choses plus clairement, vous êtes plus dans le présent », affirmait Jobs. 

Seule ombre au tableau : si la méditation peut aider le corps et l’esprit à se relaxer, à digérer les tensions en tout genre, elle exige aussi de l’engagement. C’est la régularité qui fait la différence. Que l’on se lance dans une pratique quotidienne de cinq minutes ou dans des séances plus longues, il faut s’organiser pour les caser dans un agenda souvent déjà bien rempli. Dans ce cas de figure, opter pour une pratique avec un suivi peut être une bonne chose pour être sûr de persévérer.

Nos conseils pour débuter

Télécharger le magazine Eliteness

Articles similaires
15 Mars 2021
L’importance de la Journée internationale du Sommeil

Des solutions pour bien dormir existent : 9 conseils d’un médecin du sommeil

14 Janvier 2021
Des lux pour retrouver le sommeil

La lumière joue un rôle crucial dans la régulation de notre horloge biologique. Voilà pourquoi il est important de s’y exposer en toute saison au minimum une demi-heure par jour. L’hiver, la luminothérapie peut venir en renfort. Explications.

08 Septembre 2020
La chambre idéale pour un sommeil réparateur

Le sommeil est un équilibre fragile, influencé par de nombreux facteurs externes. Il est donc primordial de faire de votre chambre à coucher un écrin de douceur, propice à la détente et à la relaxation. Nous passons près d’un tiers de notre vie dans cette pièce si intime et chère à notre repos. L’aménager avec le plus grand soin est donc essentiel pour créer l’atmosphère adéquate à un sommeil réparateur. Découvrez quelques conseils pour faire de votre chambre un espace de bien-être et de sérénité.